Eyadéma, "le dictateur du Togo depuis plus de 40 ans", est décédé hier. Son fils Gnassingbé lui succède au cours de "ce qu'il faut appeler un coup d"état militaire".
Eyadéma était un "grand ami de Chirac et de la France", mais "la communauté internationale condamne unanimement le coup de force", qui prolonge "un état de crise qui dure depuis plus de 10 ans."
A la télé, sur toutes les chaînes, les mêmes images décousues et incompréhensibles : des images de massacres, de militaires qui se saluent, des gens qui marchent dans la rue, un haut immeuble. Le sujet est expédié en deux minutes puis on passe à autre chose.
Qui a parlé de mondialisation ? Ce pays pourtant si proche nous est à peu près indifférent, presque totalement incompréhensible.
Qui a parlé de société de l'information ?  Tout ça ne pèse pas lourd face à un pape qui ne se décide pas à mourir, voilà la vraie information.
Il va y avoir quelques articles sur cet événement, on va en parler encore un peu. Puis le Togo retournera  dans  notre oubli. Ce n'est peut-être pas plus mal.