Signalé dans le décidément indispensable blog à l'ouest, ce site, the untiled project, où l'on peut trouver cette photo :

untitled1

On se dit : un paysage urbain bien banal, bien ordinaire. L'oeil n'est attiré, ni repoussé par rien. Une ville anonyme, un coin tranquille en somme.
Puis on se dit que quelque chose ne va pas.  Le panneau blanc au centre de l'image est énigmatique...
Oui, il manque quelque chose, on peut voir quoi en cliquant sur l'endroit approprié de la page...

untitled1_text

Tout le texte a été effacé de la photo ! on fait alors la synthèse mentale des deux images, et on découvre qu'à la réalité urbaine banale se superpose une fantasmagorie de lettres, de caractères, de pubs, d'injonctions, de logos... Des messages multiples et confus, une agression multiforme incessante, inutile, obsédante...

Les mots étalés les enseignes les publicités dans les villes sont comme des talismans des totems des idoles invisibles et toutes puissantes. Cette parole dénaturée nous encercle, nous abrutit, et pour tout dire nous hypnotise. Le stade ultime de cette hypnose est le logo : il déclenche immanquablement en nous les réflexes conditionnés prévus, et cette manipulation mentale est protégée par la loi, le copyright...

Pas de cadre conceptuel pour penser cette hypnose massive. Il y en a d'autres bien sûr : la télé, les discours des populistes, des dictateurs... Je ne vois que Boris Cyrulnik, dans " l'ensorcellement du monde ", ed.Odile Jacob, pour parler de ce phénomène banal , méconnu, dévastateur.

Une fois rentré dans le site, je vous recommande d'aller directement dans "images", puis "click on image for larger version"...