Tout amour est impossible.

Nous avons tous en nous une Brokeback Mountain, un moment quelque part dans notre adolescence, dans notre jeunesse, où la vie pour nous a laissé tomber ses oripeaux ses mensonges, un moment où tout s'est révélé de nous et de la lumière qu'il y a toujours, loin, cachée derrière la fumée de l'existence.

Dans cette lumière il y a l'amour et après il faut vivre avec cette impossibilité, il faut étouffer ce scandale, il faut résister, oublier, mais l'amour toujours revient.

— Écoute, c'était la seule fois et ce sera la seule fois.Je ne suis pas homo, tu sais.
— Moi non plus, je ne suis pas homo.

Alors on s'organise, tout est balisé pour que cela n'ait jamais eu lieu, il y a cette violence des rapports humains de tous les instants, il y a ces endroits où on se rencontre, où on se marie, où on élève des enfants.

Il y a le doux, le passionné, et il y a le sévère, le fidèle.

Il y a que des hommes, que des femmes, courent après cet impossible, il y a quelquefois des rencontres, des pauvres mots échappés, dans une lumière soudain revenue.

— Et dis moi, il t'aime, ce type ?

Mais il y a aussi ces trajectoires qui se manquent, ces pauvres vies qui s'enfoncent dans le mensonge, ou bien dans l'insignifiance.

Et puis il y a les types au front bas, au regard de haine, les rednecks qui mettent de l'ordre dans tout cela.

— Je te jure…

brokeback mountain, un film du taïwainais Ang Lee, à qui on doit déjà tigre et dragon. Avec dans les rôles principaux Heath Ledger et Jake Gyllenhall, mais tous les personnages, tous les rôles sont importants.
Voir le site (en français) du film