"Les gens n'osent pas admettre à quel point leur vie dépend de la chance. Ça leur fait peur de penser que tant de choses échappent à leur contrôle…"

"… Dans un match de tennis, quand la balle frappe le haut du filet, avec un peu de chance elle passe, et alors vous gagnez. Ou alors elle ne passe pas, et vous perdez."

 C'est vrai, nous roulons sur le billard, bricolages, carambolages, et voilà, pas de jugement, des vainqueurs et des vaincus. Lui le sait plus que les autres. Les autres d'ailleurs ne le savent pas du tout, comment d'ailleurs peut-on vivre en sachant cela ? Il joue et il gagne dans un jeu qu'il ne domine pas, où la lâcheté le poursuit et le force. Au bout du compte c'est un salaud, mais qui pourrait le lui dire ? Le tribunal fantomatique de ses victimes n'est pas difficile à récuser, voilà, ils repartent, et lui n'aura pas eu la délivrance de rencontrer le jugement. De quel coté est tombée la balle ?

Match point, un film noir, amer, terrible, de Woody Allen. Sorti en octobre 2005.

 

Enfant je me promenais dans Paris, à l'aventure, le nez au vent, sans me soucier d'histoire ni d'architecture, sans me soucier de rien, ivre de ma liberté. Quelquefois dans un jardin je m'arrêtais près d'une fontaine sous de sombres frondaisons, un molle étendue d'eau glauque et mystérieuse, noble cependant, des vasques et des statues de circonstance. Cette fontaine elle était mienne et à nul autre elle ne parlait de son mystère. Maintenant  c'est autre chose, il s'agit de la fontaine Medicis du jardin du Luxembourg et sur le fronton les statues forment un assemblage hétéroclite, composent une scène, une mythologie que certainement certains d'entre nous auront à cœur de répéter, de jouer :

L'amant amoureusement enlace son amante langoureusement endormie, au dessus d'eux le dieu le destin d'un geste impérieux et silencieux demande encore un peu de temps avant le dénouement, la suite de l'histoire. Des deux cotés, dans leur niche, deux spectateurs privilégiés, lui et elle s'en sont bien tirés, ils regardent d'un air amusé, ils attendent avec curiosité ce qui se passera après cette brève suspension du destin. Au dessus de tout ça deux personnages qui versent de l'eau symbolisent la veulerie l'indifférence du temps qui coule.

Il faudra donc aussi jouer cette scène en public une fois encore. L'histoire la mythologie la mémoire nous offre un nombre important mais pas infini de situations. Nous choisissons plus ou moins consciemment plus ou moins librement celles que nous ferons vivre de notre chair, elles composent notre vie, elles nous donnent une direction, et c'est dans cette direction, ce semblant de sens qu'un jour au moment dit nous mourrons.